Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 11:39

 

 

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

 

Le ministre de l’agriculture M.Le Foll est rentré bredouille de Bruxelles, n’ayant rien pu obtenir de l’Union Européenne pour nos éleveurs. Tout au plus le commissaire européen à l’agriculture a daigné accepter de venir à Paris fin février. Les paysans français attendront.

 

Outre l’immense naïveté de cette démarche, qui feint de croire que ceux qui détruisent l’agriculture française pourraient aujourd’hui constituer une solution à la crise agricole, l’échec de M.Le Foll révèle le coût très élevé pour notre pays des abandons successifs de souveraineté, notamment en matière agricole.

 

La France ne peut pas décider de sauver son agriculture, ni l’alimentation et le mode de vie qui va avec, parce qu’elle n’en a plus le droit. Elle s’est enchaînée dans les traités et les directives.

Voudrait-on remettre en place des quotas laitiers ? Il faut l’accord de Bruxelles, et donc de l’Allemagne. Veut-on se retirer du traité TAFTA ? C’est à l’Union Européenne d’en décider. Idem sur tous les sujets majeurs, du protectionnisme agricole aux sanctions contre la Russie.

 

Sans souveraineté nous sommes condamnés à regarder l’agriculture mourir.

Or notre avenir ne peut pas dépendre du bon vouloir des autres. Notre devoir est de servir l’intérêt national et de nous en donner tous les moyens.

 

Cette même analyse a conduit le gouvernement britannique à organiser prochainement un référendum sur l’appartenance de son pays à l’UE, suscitant l’incompréhension de l’ensemble des élites auto proclamées, le gouvernement Hollande en tête.

 

C’est ce chemin de liberté que les Français doivent sérieusement envisager d’emprunter avant que les dégâts économiques et sociaux ne soient irréversibles.

Repost 0
Published by Guy CANNIE
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 16:46
Repost 0
Published by Guy CANNIE
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 16:30

 

 

« Nouveaux ministres pour un gouvernement de combat » titrait ce matin La dépêche du Midi. On se demande bien ce qui chez Emmanuelle Cosse, le revenant Ayrault, ou Jean-Michel Baylet, peut susciter un tel enthousiasme. Si ce n'est, peut-être, que ce dernier est président-directeur général du groupe auquel ce journal appartient. Car vraiment, dans le retour des uns ou la satisfaction des egos des autres (les deux pouvant d'ailleurs se cumuler) on ne saurait trouver trace d'une véritable bonne nouvelle pour le pays.

On cherchera ainsi en vain les nobles motivations de ceux qui font rimer remaniement et reniement, tels Jean-Marc Ayrault qui a vertement critiqué le projet de révision constitutionnelle avant de finalement le voter, Hélène Geoffroy, député et maire de Vaulx-en-Velin, qui a, elle, voté contre cette réforme gouvernementale la veille de son entrée au gouvernement, ou encore Emmanuelle Cosse intégrant le gouvernement sans demander l'avis ou l'aval du parti qu'elle dirige, et après avoir multiplié les attaques virulentes contre Manuel Valls et François Hollande. Signalons d'ailleurs l'arrivée triomphale des prétendus écologistes, dans leurs deux tendances actuelles, au gouvernement avec trois postes (Emmanuelle Cosse, Barbara Pompili, et Jean-Vincent Placé). Une place importante donc, inversement proportionnelle à leur poids électoral réel, et sans aucun doute le moyen pour François Hollande de neutraliser une éventuelle candidature hostile rouge-verte.

Ce que l'on nous a présenté comme une équipe gouvernementale n'est rien d'autre qu'une équipe de campagne. Mauvais dirigeant mais habile manœuvrier quand il s'agit de ses propres intérêts, François Hollande a distribué des maroquins ministériels pour s'assurer des soutiens présidentiels. On n'imagine mal par exemple Jean-Vincent Placé, lui qui a attendu si longtemps pour entendre enfin son nom résonner sur le perron de l’Élysée, faire défaut au candidat Hollande en 2017.

La France mérite mieux et c'est un euphémisme de dire que ni ce gouvernement ni l'intervention du Président de la République hier soir ne sont à la hauteur de la situation. Les temps que nous traversons exigent une conscience historique, pas des postures médiatiques.

Notre pays, notre vieille nation en proie à temps de déchirures, de fractures, d'agressions, n'a pas besoin d'un énième remaniement gouvernemental mais bien d'une politique audacieuse et ambitieuse de redressement national. Ce ne sont ni Hollande et Valls, ceux qui échouent lamentablement aujourd'hui, ni Sarkozy et Juppé, ceux qui ont lourdement échoué hier, qui peuvent l'incarner. Armée de sa foi dans notre nation, porteuse des espoirs de tant d'hommes et de femmes de notre peuple, seule Marine Le Pen s'avance vers l'échéance présidentielle avec la détermination nécessaire pour affronter les défis et les menaces.

 

 

 

Nicolas Bay
Secrétaire Général du Front National

 

Repost 0
Published by Guy CANNIE
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 10:44

 

Le remaniement gouvernemental n’aura aucun effet sur la politique du gouvernement, qui sera toujours aussi inefficace.

 

En effet, les personnes nommées ne le sont pas pour leurs compétences ou leur vision politique, mais uniquement parce qu’elles servent tactiquement à « élargir » la majorité du président. Ecologistes, radicaux ou anciens « poids lourds » de la gauche, ces nouveaux ministres n’existaient politiquement que par leur ambition de le devenir un jour, ou par leur volonté de revenir en grâce. Ils servent aujourd’hui uniquement à tenter de sauver le soldat Hollande, opération d’ailleurs perdue d’avance. Notons au passage qu’ils sont beaucoup trop nombreux, 39 contre 32 précédemment.

 

Deux signaux majeurs à travers ces nominations sont en outre particulièrement inquiétants. La nouvelle ministre Emmanuelle Cosse est connue pour sa dangereuse démagogie et notamment son laxisme immodéré sur la question migratoire, et Jean-Marc Ayrault, nouveau ministre des Affaires Etrangères, pour son esprit de soumission à l’Allemagne et à l’Union européenne ; nul doute que ces deux entrants renforceront encore la passion de ce gouvernement pour la dissolution de la France et de ses intérêts.

 

Il faudra bien plus que ces tours de passe-passe gouvernementaux, ces manœuvres politiciennes, pour redresser la France et donner espoir aux Français. C’est en réalité une réorientation majeure de la politique menée, dans tous les domaines, qui s’impose aujourd’hui. Et la condition de cette réorientation, c’est que la France retrouve la capacité d’agir, c’est-à-dire sa souveraineté.

Repost 0
Published by Guy CANNIE
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 16:19
Repost 0
Published by Guy CANNIE
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 11:34

 

Rencontre entre Philippe Eymery, Président du groupe FN à la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Sébastien Chenu, Conseiller régional NPDCP et tête de liste du département de la Somme, Paul Dupire, secrétaire de la 19ème circonscription, moi-même, et les représentants des salariés et des délégués syndicaux.

 

Après l’annonce de la fermeture du laminoir de Saint-Saulve, Philippe Eymery a estimé  nécessaire de prendre contact avec les représentants des salariés de l’usine et j’ai organisé, à sa demande jeudi dernier, une rencontre à Valenciennes avec des représentants et des délégués impliqués depuis des années, (voire des dizaines) au sein de leur entreprise et bien entendu très engagés pour la défense des emplois de leurs collègues.

 

Ces représentants ont pu développer des sujets importants et les nombreux problèmes auxquels ils sont confrontés :

  • La fermeture du laminoir de Saint-Saulve qui se traduit par la disparition de 300 emplois d’ici 2017, sur un effectif total de 900 salariés.

  • La vente annoncée de l’aciérie et les 650 emplois directs qui disparaitraient à court terme, sans oublier au moins 650 emplois liés à la sous-traitance qui disparaîtraient également dans un bassin d’emploi déjà sinistré.

  • Le groupe Vallourec, qui doit faire face à la concurrence mondiale et à l’ouverture des frontières aux pays émergeants comme le Brésil, la Chine et ces pratiques de dumping.

  • Depuis un an la capitalisation boursière qui tombe et l’action Vallourec qui a perdu 80% de sa valeur.

  • La tension au sein de l’usine, car certains employés sont au bord de l’explosion. Ils disent faire tout ce qu’ils peuvent pour calmer des salariés qui n’en peuvent plus tant leur avenir est sombre. Des salariés « marionnettes » d’une politique mondialiste qui tire les ficelles.

     

Face à cela, que fait Emmanuel Macron ? La politique européenne et mondialiste de L’UMPS tue la sidérurgie française et fait le malheur des travailleurs impuissants, démunis de toute possibilité d’action. Mais ce que veulent au moins ces travailleurs, c’est se faire entendre.

 

Les personnes que nous avons rencontrées nous demandent de l’aide. Ils souhaitent que  l’ouverture de nos frontières soit retardée, le but étant de maintenir l’emploi le plus longtemps possible. Le FN est bien le seul parti de France à réclamer depuis toujours la fermeture des frontières et nous les avons entendus.

 

Marine Le Pen, au parlement européen se fera l’écho de ce combat.

 

 

Valérie Caudron, Conseillère municipale à Valenciennes, secrétaire de la 21ème circonscription du Nord

Repost 0
Published by Guy CANNIE
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 18:34

 

Communiqué de presse du Front National

 

Au terme de ces deux jours et demi de séminaire, les cadres du Front National se sont livrés à un très bel exercice de démocratie interne, soulignant tout à la fois la maturité et l’unité de notre mouvement.

 

Les grandes valeurs et les grands axes de notre projet politique ont été réaffirmés, parmi lesquels la souveraineté nationale et la souveraineté économique et monétaire, conditions sine qua non du redressement de notre pays.

 

La richesse de notre projet mérite que certains de ses aspects encore trop méconnus soient davantage mis en lumière, notamment le soutien aux TPE-PME, la justice fiscale et les questions de santé publique.

 

En outre, pour cette année de préparation à l’élection présidentielle, Marine Le Pen a souhaité que chacun participe à l’élargissement des prises de position du Front National, en travaillant activement sur de nouvelles thématiques essentielles pour l’avenir : l’innovation et l’industrie du futur, l’écologie et le patriotisme alimentaire.

 

Le mouvement a pris des décisions pour le mettre en ordre de marche dans les meilleures conditions en vue des échéances essentielles de 2017.

 

Cet exercice réussi de démocratie interne contraste avec les déchirements permanents des Républicains ex-UMP et du PS, incapables de s’accorder en leur sein sur la moindre question, tiraillés par les guerres de petits chefs.

 

Résolument, notre mouvement a donc mis le cap sur 2017 avec pour unique boussole l’intérêt de la France et des Français.

Repost 0
Published by Guy CANNIE
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 16:06
Repost 0
Published by Guy CANNIE
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 16:02

 

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

 

La multiplication des mouvements de colère des agriculteurs un peu partout dans notre pays est le reflet d’une crise agricole sans précédent qui puise ses racines dans des décennies de politique européenne destructrice.

 

Cette crise est d’abord celle de la concurrence déloyale massive qui frappe avec une particulière sévérité les filières de l’élevage. Le marché français est ainsi inondé de produits étrangers qui tirent les prix vers le bas, ce qui interdit aux producteurs de simplement pouvoir vivre de leur travail. En cause : les fermes usines en Allemagne et leurs bataillons de travailleurs détachés, les coûts dérisoires de la main d’œuvre dans les pays du sud de l’Europe et les distorsions des conditions de production à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Union européenne.

 

Cette crise est ensuite celle de la bureaucratie coupée des réalités, avec ses normes sans cesse mouvantes et intenables pour les petites exploitations. Ces dernières meurent de ne pouvoir s’adapter, quand tout précipite le passage d’une agriculture de taille humaine à une agriculture intensive, qui fait le malheur des hommes, des bêtes et de la nature.

 

Et quand à ces difficultés systémiques viennent s’ajouter des inepties politiques tels que l’embargo russe ou l’interdiction de l’étiquetage mentionnant l’origine des produits, l’on réalise l’étendue du problème.

 

Cette crise, profonde, nécessite à présent une réponse de grande ampleur des pouvoirs publics. L’heure n’est plus à un énième discours ou à un nouveau plan d’urgence. L’heure n’est plus aux promesses de ministres impuissants et insensibles. Il faut résoudre la crise agricole à sa base.

 

Les maigres aides financières, concédées à des agriculteurs qui n’en voient jamais vraiment la couleur et qui risquent la censure de Bruxelles, ne sont pas à la hauteur des enjeux. Il faut définitivement tourner le dos à un système qui est en train de broyer notre modèle agricole et de détruire, au sens propre, des vies humaines par la désespérance qu’il engendre.

 

La France, hier encore première puissance agricole d’Europe, sous le coup d’une politique européenne soutenue et mise en œuvre par l’ex-UMP et le PS, est en train de perdre cet atout ô combien stratégique et vital pour un pays.

 

Les agriculteurs français ne réclament que de pouvoir vivre de leurs productions, il est donc nécessaire de pratiquer une forme intelligente de protectionnisme agricole pour permettre aux filières en péril de se rétablir. Limiter l’afflux de produits étrangers, mettre en place l’étiquetage obligatoire, favoriser l’accès des producteurs nationaux aux marchés publics, valoriser nos productions nationales, aider à l’innovation agricole ; sans ce protectionnisme et ce patriotisme économique, rien ne pourra être résolu.

 

C’est donc un modèle qu’il faut repenser et non poursuivre dans cette fuite en avant, comme cela se dessine avec le Traité de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis, TAFTA, qui aggraverait toutes les difficultés actuelles et porterait le coup de grâce à une agriculture brillante par son savoir-faire mais à l’agonie. Signez la pétition « Crise agricole : nos paysans doivent pouvoir vivre de leur travail ! »

Repost 0
Published by Guy CANNIE
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 11:56

 

Communiqué d’Alain Avello, président du Collectif Racine, conseiller régional des Pays de La Loire

 

Réformer l’orthographe en la simplifiant, sous prétexte de « démocratiser » l’accès à la langue, voilà l’expression, sous sa forme la plus pure, de l’égalitarisme que nous avons à bon droit et si fréquemment fustigé, tant il est la négation même de l’égalité républicaine. Voilà qui est emblématique du contresens majeur ayant conduit l’Ecole à accentuer les inégalités, alors qu’elle devrait les combler ou, à défaut, les atténuer.

 

C’est pourtant une telle réforme orthographique, approuvée par l’Académie française en 1990 et restée jusque-là lettre morte, que le ministère de l’Education vient d’exhumer et se prépare à appliquer dès la rentrée prochaine. Les auteurs de manuels scolaires sont d’ores et déjà à la tâche, et leurs prochaines publications arboreront le label « nouvelle orthographe » pour mieux sonner le glas, avec le concours des enseignants, de bien des circonflexes, et de pas moins de 2 400 mots d’usage courant.

 

Faudra-il qu’après 40 ans de méthodes plus ou moins globales, l’abandon total ou partiel de l’enseignement de la grammaire, le recul de celui de nos grandes œuvres littéraires, on exile un peu plus les jeunes Français hors de leur propre langue ? Et qu’on fasse du bon usage de cette langue française qui est pourtant notre bien commun le privilège sans partage d’une élite culturelle et sociale ? Car, à chaque fois qu’on révise à la baisse le niveau d’exigence, ce sont ceux des enfants qui ont le plus à attendre de l’Ecole, qui inévitablement en pâtissent le plus, et c’est l’égalité qu’on sacrifie un peu plus.

Repost 0
Published by Guy CANNIE

Me contacter

guy.cannie@orange.fr

Conseiller municipal à Douai - Conseiller communautaire

Trésorier de la Fédération FN du Nord

Permanences :

- 98 Rue Solférino à LILLE

Tel : 03-20-07-28-58

(Lundi-mardi-jeudi-vendredi de 14h à 18h)

 

-  Espace Rive Gauche - 1 Av. Jean Mabuse, 1er étage, à MAUBEUGE  

 

 

Hébergeur d'image

Documents de campagne

 

 

 

Hébergeur d'image

ADHÉREZ

http://www.frontnational.com/