Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 16:30

 

 

De la Bretagne au Languedoc, dans toutes nos provinces, nos agriculteurs se mobilisent pour faire entendre la voix de la France des oubliés. Face à la colère, l'exaspération, le désespoir qui montent, le gouvernement se contente de fournir toujours la même réponse : débloquer quelques millions d'euros, du saupoudrage, dans le but de faire taire les protestations. Une inaction et un manque de vision politique qui ne font en définitive qu'aggraver la situation.

Au regard des chiffres, le déclin de notre nation en tant que puissance agricole de premier rang apparaît vertigineux. La France comptait plus de deux millions d’exploitations à la fin des années 50. Aujourd’hui, on n'en dénombre plus qu'environ 400 000, et près de 25 000 exploitants français sont au bord du dépôt de bilan...

Sans remise en cause du modèle ultralibéral que la Commission européenne nous impose, l'agriculture française est tout simplement menacée d'extinction. Ceux qui osent prétendre que nos agriculteurs bénéficieraient de la politique agricole commune (PAC) mentent. D'abord parce que la France verse chaque année 22 milliards d'euros à l'Union Européenne et n'en récupère que 13, PAC incluse. Ensuite parce que les milliards de la politique agricole commune ne profitent pas en priorité aux agriculteurs en difficulté, loin s'en faut.

Tout en haut de l'échelle, 200 exploitants reçoivent chacun plus de 500 000 euros annuels de subventions. Ce sont ainsi les gros céréaliers qui perçoivent près de la moitié des aides ! Et tout en bas, on trouve 50 000 exploitants qui touchent, eux, moins de 1000 euros, souvent contraints de vendre à perte et devant faire face au surendettement.

Un agriculteur se suicide tous les deux jours en France – c’est la troisième cause de mort dans le monde agricole. Il s'agit là d'une réalité insupportable et révoltante, qui illustre une France démunie, affaiblie, dépendante, la France de François Hollande et de ses prédécesseurs de l'ex-UMP.

Face aux abandons et renoncements des gouvernements successifs, le Front National propose une véritable alternative pour notre ruralité. Nos agriculteurs et éleveurs doivent pouvoir rivaliser avec les producteurs étrangers. Ils doivent pouvoir vivre de leur travail sans être contraints de quémander aides et subventions. En retrouvant la maîtrise de nos frontières et notre souveraineté, en menant une politique de patriotisme économique, en retrouvant le sens de la proximité, nous rendrons fierté et prospérité à ceux qui nous nourrissent, à ces hommes et femmes qui sont l'âme et le cœur de nos terroirs et donc de notre patrie.

 

Nicolas Bay Secrétaire Général du Front National

Partager cet article

Repost 0
Published by Guy CANNIE

Me contacter

guy.cannie@orange.fr

Conseiller municipal à Douai - Conseiller communautaire

Trésorier de la Fédération FN du Nord

Permanences :

- 98 Rue Solférino à LILLE

Tel : 03-20-07-28-58

(Lundi-mardi-jeudi-vendredi de 14h à 18h)

 

-  Espace Rive Gauche - 1 Av. Jean Mabuse, 1er étage, à MAUBEUGE  

 

 

Hébergeur d'image

Documents de campagne

 

 

 

Hébergeur d'image

ADHÉREZ

http://www.frontnational.com/